Banner

Au menu de ce dimanche...

Prométhéens : les Créés par Monsieur Meuble

Stabilisation, annihilation, recomposition, c'est le principe de la physique.

Un humain doit mourir pour que naisse un prométhéen. Un prométhéen doit être créé pour qu'un autre devienne humain.

Thèse, antithèse, synthèse, c'est le principe de la discussion.

Certain disent que la création du descendant permet à l'aspirant humain de se décharger de ses péchés sur autrui.

Combination, fusion, purification, c'est le principe de l'alchimie.

Si c'était vrai, il n'y aurait pas besoin de la Longue Route, du Pèlerinage et de toute la purification du soit qu'il apporte, le processus de résurrection pourrait être suffisant.

Vie, mort, résurrection, c'est le principe de la transcendance.

C'est idiot, mais il y en a qui ne l'admettent pas avant d'avoir essayé par eux même.

Tuer, ressusciter, tuer, ressusciter, tuer, ressusciter, tuer, ressusciter...

Et certains ne l'admettent pas même après avoir essayé, ré-essayé et encore et encore et encore...

Pourquoi se contenter d'un meilleur Moi quand on a la formule pour un meilleur Monde ?

Le Principe du Phénix, scénario pour Prométhéen : les Créés, n00b acceptés.

 

Mage : l'Eveil par Nomad Star

Dans une forêt près d'Acheronum, pendant une nuit d'août 423 ap. J.C, sur la côte bretonne (Angleterre)

Il faisait nuit. Il pleuvait.
Morwenn était allongée sur l'autel. Elle méditait. Le contact de la pierre froide l'aidait à réfléchir. Et puis elle sentait l'énergie des vieilles idoles vibrer contre sa peau. Le Caern devait renfermer un peu de mana. Un sourire illumina son sombre visage de sorcière celte. Elle pouvait en profiter sans attendre Wivenn. Elle s'assit lentement et fouilla dans sa besace dont elle tira les crânes de rats qui servaient aux oblations et les disposa selon un schéma précis qu'elle connaissait sur le bout de ses doigts décharnés. Elle se mit à marmonner tout en se balançant d'un pied sur l'autre.
L'énergie magique commençait à imprégner ses mains et parcourait ses os par vague de plus en plus intense.
Morwenn savait qu'elle n'aurait pas le temps de tout prendre mais même une once de cette énergie rare suffirait à la rassurer. Elle avait la certitude qu'elle devrait se servir de tous ses pouvoirs et la perspective d'affronter le danger avec cette folle de Wivenn ne l'enchantait pas plus.

Des pillards saxons assiégeaient le petit bourg d'Acheronum, un lieu mal défendu mais stratégiquement très important et les britto-romains ne pouvaient pas laisser les envahisseurs le prendre. Aussi, les deux armées s'affronteraient certainement au petit matin. Wivenn pouvait déjà ressentir l'excitation des soldats des deux troupes mais également l'ivresse des combats qui allaient faire rage. Elle se dirigeait vers la forêt avec une angoisse telle, qu'elle n'arrivait pas à s'empêcher de trembler. Pourtant, ce n'était pas les barbares saxons qui inquiétaient Wivenn. C'était tout autre chose: une chose occultée à la vue des Hommes. Elle savait que le destin de la société des Mages de Bretagne se déciderait dans les prochaines heures. Et elle savait que sa marge de manoeuvre serait très réduite. Surtout si Morwenn et Aenarius l'accompagnaient. L'idée que le vétéran romain puisse être d'une telle utilité la dégoutait mais pour une fois, il fallait composer avec ses ennemis pour pouvoir s'en sortir.

Aenarius était heureux. Son expérience dans les légions impériales lui offrait une place de choix dans l'administration des affaires de Bretagne. De plus, on l'avait choisi pour conduire plusieurs régiments face aux saxons rebelles qui revendiquaient des terres sur l'île. Il avait un grand mépris pour ces barbares sans foi ni loi qui faisaient quand même de bons mercenaires tant qu'on les payait bien. Par un heureux hasard dont il soupçonnait la folle rouquine d'être la source, son général l'avait envoyé au devant des barbares germains qui se trouvaient dans le même endroit que les deux sorcières celtes. Wivenn lui avait bien parlé d'un "Consilium" mais il n'aimait pas recevoir des ordres venant de femmes et il avait refusé d'y assister. "La folle a certainement décidé de me faire venir à l'aide de ses sortilèges" se disait-il. Mais il ne lui en voulait pas. Cela lui donnerait l'occasion de montrer aux deux celtes la qualité de l'ouvrage romain. Il était très fier de sa dernière création et il voulait l'utiliser le plus rapidement possible: il s'était forgé un long glaive qu'il avait baptisé du doux nom d'Excalibur...

Dans un camp saxon autour d'Acheronum, une nuit d'aout 423 ap.J.C.

Marlin sortit de sa tente en laissant le corps ensommeillé de la jeune celte que les troupes d'Uther Penn Drakan avaient capturée dans la journée. Il avait sauvé la jeune femme des turpitudes que les soldats germains voulaient lui faire subir et l'avait recueillie et soignée avant qu'elle ne l'embrasse et qu'ils passent ensemble une soirée "magique".
Marlin sourit. Il adorait les femmes. Après tout, n'était-il pas censé être le fils d'un incube? Mais même s'il avait conscience d'être un peu pervers, il y avait une chose que Marlin ne supportait pas : c'était le viol et il l'avait bien fait comprendre aux hommes d'Uther. Cela faisait plusieurs années que Marlin collaborait avec le jeune général saxon. Ils avaient noué des liens d'amitié qui dépassaient leur relation de chef de guerre et de soigneur shaman et Marlin n'avait aucun mal à calmer les colères légendaires du seigneur Uther. Alors qu'il s'étirait à quelques pas de la tente, Marlin aperçut une voile blanche éclairée par les rayons de la lune. Certainement un navire romain dont l'équipage n'avait pas conscience qu'un blocus avait été organisé face au petit port de la ville encerclée.

Carzan avait ce regard félin qui savait percer à jour les âmes de ceux qui le croisaient. Mais à ce moment là, Carzan n'avait pas besoin de lire l'âme du capitaine Publius Gracchus pour comprendre que ce dernier avait peur. Une peur intense qui était provoquée par l'approche d'un des nombreux navires saxons qui bloquaient l'accès de leur destination.
Carzan était un exilé: fils d'un chef hun, il avait fait partie des nombreux otages que s'étaient échangés l'Empire romain et le peuple des steppes. Carzan avait donc reçu une éducation romaine et avait même épousé une romaine dont il avait eu un fils: Kamar. Carzan était un mari ainsi qu'un père aimant et protecteur mais il savait qu'à Rome il ne pouvait pas éternellement protéger sa femme et son fils de ceux qui, dans l'ombre, pourchassaient les gens comme lui. C'était donc vers la Bretagne, loin de l'influence des Visionnaires du Trône que Carzan voulait installer sa famille. Aussi, le danger que représentait l'abordage du bateau saxon lui paraissait dérisoire et surtout "maitrisable" en comparaison avec les éveillés serviteurs des exarques.

 

Aberrant par Gilles 111

En 1998, un satellite tomba sur terre et depuis les choses ne furent plus les mêmes. Certains individus se mirent à développer une maitrise des quantas, la force qui dirige les atomes et les particules. Certains se sont mis ainsi à voler, d’autres à soulever des voitures, d’autres encore ont développé une intelligence surhumaine. On les appelle les Novas mais leurs ennemis ou leurs détracteurs les appellent les Aberrants.
10 ans plus tard, plusieurs milliers de Novas se sont éveillés. Certains œuvrent dans le cadre de l’ONU à travers l’organisme appelé « Project Utopia » pour rendre fertile les terres d’Afrique, mettre fin aux conflits globaux et améliorer le sort de chacun (enfin c’est ce qu’ils disent). D’autres sont devenus des Terroristes qui professent la supériorité de l’ « homo sapiens novus » sur la Base (l’homo sapiens sapiens). D’autres encore servent leur pays comme ingénieur, militaire ou comme espion.

En 2007, vous étiez des Novas, des êtres extraordinaires. Vous aviez tous vos vies portées par les dons extraordinaires du nodule Mazarin-Rashoud qui vous permet de commander l’énergie quantique. Puis le 13 janvier 2007, comme 62 autres Novas, vous avez été kidnappé par une mystérieuse entité qui se fait appelée « Le Patriote ». 666 jours plus tard, vous avez été libéré sans qu’aucun souvenir ne vous reste de cette période. Seules des cicatrices au niveau du lobe frontal vous restaient ainsi que la disparition de vos capacités de Nova. Beaucoup ont pensé que votre nodule vous avait été enlevé pour créer les nouvelles drogues de synthèses qui font fureur dans les milieux branchés. Mais au bout de quelques mois, vos pouvoirs quantiques sont revenus, parfois différents… Nous sommes en 2008, les médias ont peu ou proue oublié les « 66/666 » comme ils vous appelaient. Vous avez construits de nouvelles vies mais quelqu’un ou quelque chose ne vous a pas oublié : en effet, depuis plusieurs mois les 66 enlevés meurent ou sont assassinés les unes après les autres. Il n’en reste aujourd’hui plus que 10 … pour combien de temps ?

Humain : les Victimes par CoppeR

Il faut sauver la fille de Ryan

Vous avez été contracté par un père de famille qui s'inquiète de l'avenir de sa fille. Il est persuadé que cette dernière va être assassinée. En tant que bon (et riche) père de famille, il décide d'engager des personnes pour la sauver des griffes de l'assassin. Au fur et à mesure de l'enquête, les personnages vont franchir la ligne interdite, celle du monde des Ténèbres. Ils vont voir, subir et ressentir des phénomènes étranges. Leur vie sera à jamais changée (ou pas). Un scénario WoD2.

World of Darkness par Sherlock Poirot

Un mdt bien triste en vérité...

 

logo Tenebrae